La sophrologie pour les sportifs

– Se préparer mentalement.
– Bien percevoir son schéma corporel.
– Renforcer la confiance en soi.
– Gérer ses émotions, faire face à la pression.
– Se sentir dans la compétition, vivre l’instant présent.
– Améliorer la concentration et l’attention.
– Mieux utiliser les temps de récupération.
– Retrouver un sommeil récupérateur.
– Changer ses comportements négatifs,  renforcer le positif.
– Savoir se détendre.

Un athlète peut se sentir prêt techniquement et physiquement et passer néanmoins complètement à côté de la compétition par un manque de préparation mentale.
La préparation mentale du sportif fait l’objet de recherches scientifiques et prend de l’importance depuis la fin des années 1960. C’est le docteur Raymond Abrezol (collaborateur d’Alfonso Caycedo, le fondateur de la sophrologie) qui est le précurseur de la sophro-pédagogie du sport. En 1967, il participait à la préparation de l’équipe de ski Suisse et a marqué l’entrée de la Sophrologie dans le monde du sport. Il a su partager son travail et démontrer que l’équilibre émotionnel influait sur les résultats du compétiteur. La sophrologie trouve son efficacité en agissant sur les émotions négatives et le stress.

Depuis, la sophrologie sportive n’a cessé de se développer. Elle concerne tous les niveaux : amateurs et professionnels.
On retrouve cette technique dans le tennis, le football, la voile, la gymnastique, le tir à l’arc, l’équitation, le saut à la perche, la boxe, l’athlétisme, le rugby…

En adaptant les exercices, il s’agit d’aider le sportif à donner le meilleur de lui-même en utilisant au mieux ses ressources dans le cadre de l’entraînement et de la compétition et de lui laisser une boîte à outils personnalisée qu’il pourra utiliser en toute autonomie.
Cette technique s’appuie sur des fondamentaux comme la respiration, la concentration, le relâchement musculaire et la conscience du schéma corporel. Grâce à elle, le compétiteur va développer progressivement des capacités d’adaptation en fonction de ses besoins.
Pour répondre aux diverses problématiques, il existe différentes techniques :
Les techniques spécifiques : relaxation physique et mentale, dynamisation positive pour gérer la contre-performance, “programmer” positivement une compétition, envisager positivement le futur…

Le sophrologue sollicite aussi la mémoire de la personne pour renforcer la confiance en mobilisant les expériences passées de réussite. Il peut aussi travailler les habiletés techniques.
En sophrologie, cela s’appelle la “sophro-correction gestuelle”.

Les relaxations dynamiques : relaxation en mouvement, intégration du schéma corporel par la pleine conscience de la présence du corps, la forme, la mesure, la limite, la peau, les muscles (récupération musculaire), les os. Mouvements d’ancrage du corps avec la sensation de gravitation terrestre, de circulation, de température.

Je conseille 1 séance par semaine d’1 heure durant la saison sportive pour un entraînement général afin d’ancrer les bénéfices dans la durée et mettre en pratique entre les sessions pour mémoriser et apprendre à réutiliser les différents outils de manière autonome.

Elle s’intègre en 5 à 30 minutes aussi bien avant, que pendant et/ou après l’épreuve sportive et elle s’adapte aux besoins de chaque sportif.